Comment les Seniors à la retraite peuvent-ils aider les Jeunes Adultes défavorisés à développer des compétences linguistiques, communicationnelles et entrepreunariales ? 

Telle est la question explorée à travers le projet ALADDIN.

 

 

Le projet ALADDIN a donc un double objectif :

  • Le développement de compétences pour favoriser l’inclusion sociale et l’épanouissement personnel de jeunes défavorisés
  • Valoriser les compétences des Seniors et favoriser l’acquisition de nouvelles compétences à travers les techniques du conte

 

L’équipe d’Aladin souhaite accomplir les missions suivantes :

  1. Montrer comment on peut utiliser des ateliers intergénérationnels autour du conte afin de développer les compétences de jeunes en situations défavorisées
  2. En collaboration avec des Seniors bénévoles à la retraite, développer et évaluer les outils liés au conte afin de :
  • Permettre aux primo-arrivants ayant de faibles compétences linguistiques d’avoir une première approche de la langue du pays d’accueil
  • Développer des compétences entrepeunariales des migrant-e-s et des membres de minorités ethniques ayant un niveau scolaire peu élevé
  • Améliorer les compétences sociales et communicationnelles tout en stimulant la motivation d’apprendre des jeunes ayant un niveau scolaire peu élevé, une situation économique difficile, ou des compétences sociales limitées

 

 

Pourquoi choisir d’utiliser le conte ?

.

Nous pensons que le conte est l’outil idéal pour l’acquisition de compétences, l’émancipation, l’inclusion sociale et la stimulation du dialogue interculturel (Sheherazade – 10001 stories for adult learning, 2013).

Peg C. Neuhauser explique que le conte est un outil pédagogique efficace puisque les histoires sont « plausibles », « faciles à retenir », et « amusantes ». Grâce aux histoires, des concepts abstraits ou des idées peuvent être communiqués dans un langage de tous les jours à travers l’angle de l’expérience humaine. Selon Burk (2000), partager des histoires permet aux étudiants de « réaliser la pertinence, la validité et l’efficacité de leur héritage culturel et de leur capacité d’apprentissage, indépendamment des différences culturelles ». En outre, les techniques du conte facilitent le dialogue interculturel et intergénérationnel qui permet de mieux comprendre les différentes coutumes, croyances et points de vue. Cela peut également permettre la maturité et le changement à un niveau individuel. Butcher (2006) estime que les histoires encouragent à penser « autrement », à « sortir des sentiers battus », ce qui permet aux apprenants de reconsidérer les choses d’une façon qu’ils n’auraient peut-être jamais questionnée.